La Dernière Épidémie D’Ebola A Tué Plus De 500 Personnes, Dont Près De 100 Enfants

35

Un travailleur de la santé est pulvérisé avec un désinfectant après avoir travaillé dans un centre de traitement Ebola de Beni, dans l’est du Congo.Image: Al-hadji Kudra Maliro (AP)

La dernière mise à jour sur l’épidémie actuelle de fièvre Ebola qui ravage l’Afrique montre la situation continue de s’aggraver. Ce week-end passé, le Ministère de la Santé de la République Démocratique du Congo (RDC) a annoncé que, à compter du 10 février, il y a eu 811 confirmé ou probable des cas de la maladie virale depuis le mois d’août 2018. En dehors de ces cas, 510 personnes ont trouvé la mort, dont près de 100 enfants.

L’épidémie jusqu’à présent est centré sur le nord-est de la RDC, dans les régions du Nord-Kivu et de l’Ituri. Il semblait sur le point de mourir vers le bas à l’automne dernier, mais une deuxième vague de cas en pointillés que l’espoir, et le nombre de nouvelles victimes une fois de plus augmenté en janvier. Entre le 15 janvier et le 3 février, l’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré la semaine dernière, il y avait 123 nouveau cas confirmé seul. L’actuel péage représente la deuxième plus grande épidémie d’Ebola de l’histoire, heureusement encore loin derrière les 2014-2016 épidémie en Afrique de l’Ouest qui écœuré près de 30 000 personnes et en a tué plus de 11 000.

Le dimanche, à but non lucratif, Save the Children a souligné les jeunes victimes de l’épidémie actuelle. Selon l’organisation, il y a eu 97 enfants tués jusqu’à présent, avec la majorité de moins de cinq ans.

“Nous sommes à un carrefour,” Heather Kerr, Save the Children pays du directeur de la RDC, a déclaré dans un communiqué. “Si nous ne prenons pas des mesures urgentes pour contenir ce, l’épidémie pourrait durer six mois, si ce n’est l’ensemble de l’année. La RDC est un pays qui souffrent de la violence et des conflits et une extrême de la crise de la faim—de l’ordre de 4,6 millions d’enfants souffrent de malnutrition aiguë. Les principales préoccupations de nombreuses personnes sont en sécurité et de s’assurer qu’ils ont assez à manger. Mais le virus Ebola doit être une priorité.”

La violence et le conflit en RDC a constamment entravé les efforts déployés par les travailleurs de la santé pour suivre les éventuelles victimes, isoler les infectés, et de vacciner les personnes en contact étroit. Les états-UNIS ont également blâmé son retrait de la fièvre Ebola experts de la région sur la violence, bien que les experts et les organisations ailleurs ont sévèrement critiqué le pays pour le faire. De nombreux scientifiques AMÉRICAINS tiré de la région, les critiques l’ont noté, sur des décennies d’expertise dans la gestion de précédentes épidémies d’Ebola.

Les barrières culturelles et les idées fausses au sujet de la maladie ont également fait l’arrêt de l’épidémie de plus en plus difficile.

“Les gens ont perturbé les funérailles parce qu’ils ne croient pas que le défunt avait succombé au virus. Les travailleurs humanitaires ont été menacés, car on croyait qu’ils propagation d’Ebola,” a dit Kerr. “Nous devons intensifier nos efforts pour atteindre à la voix de la jeunesse et des leaders de la communauté pour renforcer la confiance et à nous aider à inverser cette tendance.”

Il y a eu quelques signes encourageants, cependant.

Selon le Ministère de la Santé de la RDC, près de 80 000 personnes ont été vaccinées avec un vaccin expérimental fabriqué par Merck. Et bien que les données officielles sur l’efficacité du vaccin n’est pas encore disponible, les experts de l’OMS crois qu’il a été très efficace (90% ou plus). L’OMS s’attend également à ce que l’approvisionnement en vaccin sera suffisant pour survivre à l’épidémie. Jusqu’à présent, la crainte que le virus Ebola ne se propage vers les pays voisins comme l’Ouganda n’est pas venu à passer, soit.

Aux états-UNIS, deux personnes ont été surveillés pour d’éventuels virus Ebola de l’exposition dans les hôpitaux de la Pennsylvanie et du Nebraska, y compris un travailleur de la santé qui a fourni de l’aide en RDC. Les deux patients ont maintenant été retirés et envoyés à la maison.

[Ministère de la santé de la RDC, Save The Children]

Partager Cette Histoire