Les Pères Fondateurs de l’Internet Plaider Auprès de l’UE à la Courge d’un Mauvais projet de Loi droit d’Auteur

13

Photo: Getty

Une fois de plus, les législateurs Européens sont mis à voter un projet de loi qui promet de changer l’internet tel que nous le connaissons. Les Experts disent une mauvaise mise à jour de lois de droit d’auteur représente un grave danger pour la façon dont nous partager des informations, téléchargez juste l’utilisation du contenu, faire des mèmes, et de construire des startups. Maintenant, quelques-uns des pionniers du web demandent à l’UE de venir à son sens.

L’Europe est beaucoup plus progressive avec ses protections de la vie privée que la plupart du monde, mais il a tendance à être trop sévère avec ses lois sur le copyright. La semaine prochaine, le Parlement Européen votera sur la première mise à jour majeure de ses règles de droit d’auteur depuis 2001. L’internet a explosé en taille et en popularité depuis, et les législateurs sont confrontés à une pression croissante de groupes de pression pour moderniser les lois sur le copyright. Malheureusement, la solution qu’ils ont venir avec semble être profondément erronée.

L’aspect le plus controversé de la Directive sur le droit d’Auteur dans le Marché Unique Numérique Directive Article 13, qui impose une plus grande responsabilité juridique sur les sites web et de services internet pour le contenu qu’ils hébergent. Les Sites qui permettent aux utilisateurs de publier du texte, des sons, du code, des images fixes ou en mouvement sera nécessaire de filtrer automatiquement enregistré pour le contenu et devra faire face à des sanctions si elles ne parviennent pas à bloquer un contenu illicite d’apparaître sur leur plate-forme.

Mardi, plus de 70 de la plupart des noms notables dans le domaine de la technologie ont signé une lettre adressée au Président du Parlement Européen, lui demandant de s’opposer à l’Article 13. Parmi les auteurs de la lettre, l’un des “pères de l’internet,” Vint Cerf, et l’inventeur du World Wide Web, Tim Berners-Lee, qui les ont signés. Open source de bien-pensants comme le co-fondateur de Wikipedia, Jimmy Wales, le fondateur de l’Internet Archive, Brewster Kahle, ont également exprimé leur opposition à la proposition. Dans la lettre, ils écrivent:

En exigeant que les plates-formes Internet pour effectuer le filtrage automatique de tout le contenu que les utilisateurs de téléverser, de l’Article 13, prend une étape historique vers la transformation de l’Internet à partir d’une plate-forme ouverte pour le partage et l’innovation, en un outil pour le système automatisé de surveillance et de contrôle de ses utilisateurs.

L’Europe a été bien servi par la équilibrée modèle de responsabilité établi en vertu de la Directive Ecommerce, en vertu de laquelle ceux qui téléchargent du contenu sur Internet, portent la responsabilité principale de sa légalité, tandis que les plates-formes sont responsables de prendre des mesures pour supprimer le contenu une fois que son illégalité a été porté à leur attention. En inversant ce modèle de responsabilité et de essentiellement les plates-formes directement responsable de veiller à la légalité des contenus dans le premier cas, les modèles d’affaires et les investissements des plates-formes de petits et grands seront touchés. Les dégâts que cela peut faire pour l’Internet libre et ouvert comme nous le savons, il est difficile de prévoir, mais à notre avis pourrait être considérable.

Auparavant, le commerce électronique la Directive a protégé les plates-formes en ligne depuis le copyright des sanctions lorsqu’ils sont seulement en agissant comme un conduit pour la violation. L’Article 13 serait enlever ces protections si un site web “optimise” contenu à l’aide de méthodes comme le marquage ou algorithmique de la curation. D’une manière ou d’une autre, ce serait faire la plupart des sites web vulnérables en vertu de la loi. Par exemple, imaginez Wikipedia subitement face à un complexe cauchemar de la prise en compte des droits qui seraient de nature à rendre difficile pour le faire fonctionner dans l’UE.

Depuis 2016, les législateurs ont été en cours par le biais de divers projets de lois qu’ils ont fait face à la critique des universitaires, des groupes de droits humains, les entreprises en ligne, et d’autres. Un effort pour créer une exception pour les organisations comme Wikipédia utilisé négligent le langage juridique et n’a pas pu créer les protections adéquates. Tout au long du processus de rédaction, il y a eu l’espoir que les législateurs viennent à leurs sens, mais avec le vote prévu à aller de l’avant de la direction des Affaires Juridiques (JURI) du Comité sur juin 20 ou 21, il semble qu’ils sont bien installés sur ce projet.

Non seulement l’Article 13 de menacer les nombreuses façons que l’utilisation équitable qui rend le web utile d’utiliser, il serait clairement un fardeau plus lourd sur les petites plates-formes, les principales plates-formes où la violation du droit d’auteur prend place, comme YouTube, déjà utiliser le filtrage de contenu et ont un énorme tirelire pour les frais juridiques. Dans leur lettre, les tech des pionniers écrire:

Le coût de la mise en place de la nécessaire automatique des technologies de filtrage seront coûteux et difficile, et pourtant, ces technologies n’ont pas encore développé à un point où leur fiabilité ne peut être garantie. En effet, si l’Article 13, a été mis en place lors de l’Internet de base des protocoles et des applications ont été développées, il est peu probable qu’elle existe aujourd’hui, tel que nous le connaissons.

Le GDPR protection de la vie privée causé un peu de chaos en ligne quand ils ont été mis en œuvre en Europe le mois dernier. Mais il y a beaucoup de raisons de croire que ces règlements sera positivement et essentiellement servir à conserver d’énormes plates-formes comme Facebook et Google. Le désordre que l’Article 13 serait de créer est sûr d’être beaucoup plus grande, et même en l’absence d’une stricte application de la loi, il serait de créer un effet dissuasif sur les moyens de partager l’information.

Ce qui rend ce plus ridicule, c’est qu’il n’est même pas nécessaire. L’UE a passé de 400 000 $sur sa propre étude pour mesurer l’impact négatif de en ligne violations du droit d’auteur sur les ventes légitimes. Il a conclu que, à l’exception des “derniers grands films,” les résultats ne sont pas “montrer statistique solide preuve d’un déplacement de la vente en ligne par des atteintes au droit d’auteur.”

Et comme les auteurs de la lettre, les algorithmes sont de la merde. YouTube est aussi investi dans l’algorithme d’identification de contenu comme toute entreprise sur la planète, et il nécessite toujours une armée de assiégé de l’homme d’examiner le contenu qui violerait ses politiques. Qui plus est, le projet de loi ne punit pas les droits d’auteur des trolls qui abusent du système. Quelqu’un pourrait théoriquement charger quelqu’un d’autre travail à un copyright système de filtrage, de la revendiquer comme leur propre, et le véritable propriétaire pourrait avoir à aller à la cour de s’en sortir. Si vous avez besoin de voir pourquoi c’est une mauvaise idée, rappellent l’époque de YouTube algorithme de frapper un homme est la vidéo d’un bruit blanc avec cinq violation de droits d’auteur, à gauche, et de monétiser pour un tiers qui revendiquent la propriété.

Suite à l’abrogation de la neutralité du net et la mise en œuvre de la calamiteuse FOSTA/SESTA loi, nous nous sommes rapidement la réorganisation de la façon dont le web fonctionne fondamentalement parce que les autorités de ne pas écouter les experts de l’internet. Quand les gens qui ont construit l’épine dorsale de l’internet sont réunis pour vous dire que vous allez à la ruine de l’internet, vous devriez écouter.

[PDF via Le Registre]