Google se défend de l’UE Pèse Étendre le Droit à l’Oubli numérique ” dans le Monde entier

9

Photo: Getty

Google a été soumis à la Cour européenne de Justice, le “droit à l’oubli” loi—une exigence que les moteurs de recherche demandé de retirer les pages de résultats pendant des années. La loi permet à toute personne dans l’UE à faire pression sur les sociétés comme Google à prendre vers le bas les résultats de la recherche qu’ils n’aiment pas. Mais cette semaine, Google est repoussant contre les efforts visant à étendre le droit à l’oubli, à l’échelle mondiale.

Lors d’une audition à la Cour de Justice Européenne, mardi, la France, la surveillance de confidentialité de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés”, a soutenu que les sites web radiées en vertu de la législation de l’UE devrait également être radiés de la liste, dans tous les domaines de Google à travers le monde, la BBC a rapporté. Google, quant à lui, continue à affirmer que l’expansion du droit de la transformer en un outil de censure en moins “démocratique” des systèmes de gouvernement.

Mardi de l’audience, ce qui aurait impliqué de 15 juges de la cour et autour de 70 intervenants, aurait également pesé la question de savoir comment l’extension du droit à l’oubli, la loi pourrait être appliquée à d’autres moteurs de recherche et les réseaux sociaux. La cour serait appelée à rendre une décision en début d’année prochaine, selon le Telegraph.

Un Rapport de Transparence de Google sorti en février a révélé que le géant de la recherche a reçu une circulation nombre de demandes de retrait—environ 2,4 millions de demandes à partir de 2014 jusqu’en 2017. Google dit qu’il s’est conformé à 43% de ces demandes.

Alors que Google a respecté le droit à l’oubli depuis la loi de 2014, il a combattu contre l’arrêt depuis le premier jour. Le géant technologique de l’opposition vers l’expansion dans le monde au cours de mardi, l’audience n’est guère surprenant position.

“Nous nous faisons entendre parce que la restriction de l’accès à licite et de précieuses informations est contraire à la mission de notre entreprise et nous permet de livrer la recherche exhaustive des services que les gens attendent de nous,” Google vice-président et Avocat Général de Kent Walker a écrit dans un billet de blog en novembre 2017. “Mais la menace est bien plus grand que cela. Ces cas ne représentent qu’une des voies de fait graves sur le droit du public à l’accès licite de l’information.”

[BBC, le Télégraphe]